Techno » Téléphonie, Toujours d'actualité

Pendant combien de temps un téléphone devrait-il être mis à jour?

Publié par Maxime Johnson le 26 août 20168 commentaires

Alors que Google lance cette semaine Android 7.0 sur une poignée de téléphones seulement et qu’Apple s’apprête à mettre à jour tous les iPhone depuis l’iPhone 5 vers iOS 10, une question commence de plus en plus à s’imposer: pendant combien de temps un téléphone intelligent devrait-il être mis à jour? Voici quelques éléments de réflexion pour tenter de répondre à cette question épineuse.

Pendant combien de temps les téléphones reçoivent-ils des mises à jour?
Brossons le portrait un peu, avant de rentrer dans les grands débats. La durée pendant laquelle un téléphone reçoit des mises à jour varie grandement à l’heure actuelle selon son système d’exploitation, son opérateur et son fabricant.

En gros, l’iPhone a jusqu’à présent été mis à jour directement par Apple jusqu’à ce que les téléphones soient trop vieux pour supporter les nouveaux systèmes d’exploitation. Le système actuel, iOS 9, est offert sur 9 iPhone, soit tous les téléphones d’Apple depuis l’iPhone 4S. iOS 10 sera pour sa part offert sur 8 iPhone, sans compter ceux qui seront surement lancés en septembre, soit tous les téléphones mis en vente par Apple depuis l’iPhone 5 en septembre 2012.

Une fois qu’un iPhone a reçu sa dernière mise à jour d’iOS, celui-ci ne reçoit plus aucune nouvelle fonctionnalité, ni de mise à jour de sécurité.

Du côté d’Android, la situation varie beaucoup plus. La plupart des fabricants assurent des mises à jour pendant 18 mois après le lancement leurs appareils phares (et non après qu’ils soient retirés des tablettes). Ces mises à jour sont décalées de quelques mois par rapport à leur publication par Google, à l’exception des téléphones de la marque Nexus les plus récents, qui les reçoivent imédiatement.

Règle générale, un téléphone Android devrait avoir droit dans sa vie à une mise à jour majeure, deux dans le meilleur des cas et souvent aucune dans le cas des appareils d’entrée de gamme.

Certains téléphones Android continuent toutefois de recevoir des mises à jour de sécurité pendant plus longtemps par la suite (c’est notamment le cas des téléphones Nexus et des Galaxy S depuis le S5), mais pas tous (la durée varie ici grandement).

Notons que Google s’est amélioré du côté des mises à jour de sécurité avec le lancement des mises à jour mensuelles l’année dernières. Malheureusement, peu de téléphones en profitent pour l’instant.

Pendant combien de temps les ordinateurs et les grilles-pains reçoivent-ils des mises à jour?
Le concept de mises à jour est tout de même nouveau, et ce ne sont d’ailleurs pas tous les produits qui accumulent de nouvelles fonctionnalités à mesure que les années avancent.

Votre grille-pain ne recevra jamais de mises à jour. Même les appareils électroniques classiques, comme la majorité des systèmes audio, ne reçoivent pas de mises à jour.

Un téléphone intelligent est bien sûr plus près d’un ordinateur, mais il est tout de même important de garder cette notion en tête.

Du côté des ordinateurs, la durée des mises à jour est généralement assez grande. Microsoft offrait jusqu’ici de nouvelles fonctionnalités à ses systèmes pendant environ 3 ans, mais des mises à jour de sécurité pendant environ 10 ans. Évidemment, si votre PC est assez puissant, vous pouviez aussi acheter une nouvelle version de Windows, et continuer de recevoir des mises à jour par la suite.

Avec l’arrivée de Windows 10, le « dernier Windows », la durée des mises à jour devrait en théorie être encore plus grande. À moins s’un changement de stratégie du côté de Microsoft, votre ordinateur actuel pourrait en théorie être à jour jusqu’à ce que ses composantes le lâchent, puisque Windows sera désormais mis à jour gratuitement (et obligatoirement).

Du côté Mac, Apple décide de quels ordinateurs ont droit aux mises à jour. Les consommateurs peuvent s’attendre en général à en recevoir pendant environ 9 ans.

Pendant combien de temps un téléphone peut-il théoriquement être mis à jour?
La durée pendant laquelle un téléphone peut techniquement recevoir des mises à jour est probablement la plus difficile à répondre, puisque qu’elle varie grandement. Elle varie selon le modèle de téléphone, mais aussi selon son année de production.

Un téléphone à 700$ est ainsi beaucoup plus puissant qu’un téléphone à 200$, et cette différence ne fera que s’accentuer avec les années. C’est ce qui fait qu’un Galaxy S5 pourrait en théorie recevoir des mises à jour pour plus longtemps qu’un Galaxy S5 Neo, ou une autre variante du genre.

Certaines des composantes qui équipent les iPhone et téléphones Android se sont aussi améliorées exponentiellement depuis l’arrivée des téléphones intelligents. Un HTC Dream ou votre iPhone original ne pourrait jamais faire rouler un système d’exploitation moderne.

C’est d’ailleurs pour cette raison que je ne m’offusque pas trop qu’un téléphone comme le Nexus 4 ne soit plus mis à jour. Ni que l’iPhone 4 n’ait pas reçu de mise à jour vers iOS 9. Si le téléphone est pour être lent, mieux vaut le garder sur un vieux système d’exploitation.

Une chose est certaine par contre: les téléphones phares d’aujourd’hui sont beaucoup plus performants qu’auparavant. Un téléphone avec un processeur Snapdragon 820 (on ne parle même pas du 821) et 4 Go de mémoire vive est capable de faire rouler Windows aussi bien que beaucoup d’ordinateurs.

Les premiers téléphones intelligents n’étaient pas assez puissants pour suivre l’évolution logicielle des systèmes d’exploitation pendant très longtemps. Ce n’est plus le cas. Les téléphones d’aujourd’hui, comme le Samsung Galaxy S7 ou l’iPhone 6S, le sont.

Il est difficile à chiffrer précisément où l’industrie est rendue. Mais on arrive au point où des téléphones pourraient en théorie recevoir des mises à jour pendant près de 10 ans sans problème (le chiffre 10 ans est arbitraire: l’idée est ici que les téléphones modernes vont être performants pendant plus longtemps que leurs mises à jour, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici).

Évidemment, tout ceci sera souvent théorique, car les téléphones risquent de briser avant leur échéance, et l’arrivée de nouveaux modèles devrait naturellement donner envie aux consommateurs de renouveler leur appareil.

Le problème des téléphones encore bons qui ne reçoivent plus de mises à jour n’est pas nouveau, mais il pourrait s’accentuer d’une façon importante au cours des prochaines années.

Il peut aussi avoir des mises à jour de trop

L’herbe est toujours plus verte chez le voisin. En mobilité, c’est particulièrement vrai lorsqu’on regarde les attentes des consommateurs par rapport aux mises à jour de leur téléphone intelligent, tout particulièrement ceux d’Apple.

Comme on l’a dit plus haut, Apple met ses téléphones à jour pendant plusieurs années. Un rêve pour les utilisateurs Android, mais parfois un cauchemar pour ceux qui conservent leur iPhone pendant longtemps.

Car malheureusement, les iPhone ralentissent au rythme des mises à jour. Et c’est particulièrement vrai après plusieurs années.

Est-ce une façon pour Apple de forcer ses clients à changer de téléphone, comme plusieurs le prétendent? Est-ce qu’en forçant les mises à jour pendant trop longtemps, Apple brise volontairement des appareils qui fonctionnaient auparavant tout à fait bien?

Peut-être un peu. C’est difficile à dire sans être dans le secret des dieux. Car sans tomber dans les théories du complot, ni être aveugle et indulgent, l’évolution technologique explique aussi ce ralentissement.

Il faut après tout faire une distinction entre obsolescence technologique et obsolescence programmée. Le port USB C est meilleur à tous les points de vue que le port microUSB. Cette évolution rend plusieurs fils et accessoires caduques. Mais il s’agit plus dune obsolescence technologique que dune obsolescence programmée.

Pour moi, l’obsolescence programmée, c’est plutôt offrir un appareil qui n’a pas suffisamment de mémoire ou de capacité pour supporter l’évolution prévue au cours des prochaines années.

Je crois qu’Apple a dans l’ensemble une meilleure stratégie que Google par rapport à ses mises à jour, mais des fois, une mise à jour de trop est aussi une nuisance. Il est clair qu’Apple aurait dû mieux optimiser iOS 9 pour l’iPhone 4S, ou sinon laisser son appareil sous iOS 8.

Un téléphone devrait idéalement être mis à jour tant qu’il est capable de le supporter. Pas plus, pas moins.

Un téléphone est-il encore bon lorsqu’il ne reçoit plus de mises à jour?
Mais un téléphone est-il encore bon lorsqu’il ne reçoit plus de mises à jour?

Oui, jusqu’à un certain point. Le Nexus 5 peut encore faire des appels même s’il n’a pas Android 7.0. Il peut encore permettre d’aller sur le web, d’écouter de la musique et d’installer des jeux (pour ceux qui ne l’ont pas lu, je vous invite à lire mon billet, pour comprendre un peu mieux à quoi je fais référence ici).

À preuve, un peu plus d’1% des utilisateurs d’Android sont encore équipés d’un téléphone doté d’Android 2.2 Froyo. Des millions de personnes utilisent encore un système d’exploitation lancé à l’ère du paléolithique. Ou presque.

Il faut d’ailleurs rappeler que les mises à jour ne sont pas un droit divin. Le huitième commandement de Moise n’est pas « ton cell, tu updateras ». Il pourrait même être justifiable de dire qu’on achète un téléphone avec des caractéristiques X, et qu’on n’est pas ne droit d’exiger de nouvelles fonctionnalités par la suite. Le Nexus 5 n’a pas été vendu avec la fonctionnalité qui permet de partager l’écran en deux, pourquoi devrait-il l’avoir aujourd’hui?

Cette logique est vraie, mais jusqu’à un certain point seulement. Car, on ne vend pas qu’un téléphone. On vend un écosystème. On vend une connexion à l’internet, on vend des applications tierces, des accessoires.

Et malheureusement (ou heureusement, c’est selon), les applications mobiles doivent s’adapter aux nouveaux systèmes d’exploitation. C’est généralement pour de bonnes raisons, mais les applications deviennent à un moment incompatibles avec les vieux systèmes, et donc avec les vieux téléphones.

Il est par exemple impossible d’installer Facebook sur un iPhone 3GS, qui n’a pas reçu de mise à jour vers iOS 7. L’exemple ici n’est pas idéal, puisque Facebook est une application tellement gourmande que le 3GS ne pourrait pas la faire fonctionner de toute façon. Mais l’idée est là. Quelqu’un pourrait ne plus pouvoir contrôler son système audio Sonos parce que l’application n’est plus compatible avec son téléphone, par exemple.

Bref, un téléphone est encore bon lorsqu’il ne reçoit plus de mises à jour, mais pendant quelques années seulement. Après un moment, il ne peut plus être utilisé dans l’écosystème pour lequel il a été conçu.

Il y a aussi deux autres éléments à considérer pour répondre à cette question.

Certains consommateurs s’attendent désormais à recevoir des mises à jour. Si Apple cessait d’offrir les nouveaux systèmes aux anciens iPhones, ce serait l’hécatombe (et le terme obsolescence programmée serait utilisé par les experts à une toute autre sauce qu’à l’heure actuelle).

Je crois que les acheteurs de téléphones Nexus s’attendent aussi à recevoir des mises à jour pendant plus longtemps que les autres. C’est pour cette raison que la mort virtuelle du Nexus 5 fait aussi mal. Encore une fois, on parle ici d’attentes. Google ne brise aucune promesse ne mettant pas à jour son Nexus 5. Ce n’est qu’une mauvaise décision d’affaires, qui vient grandement réduire l’intérêt des téléphones Nexus pour les amateurs d’Android.

L’autre chose à considérer quand vient le temps d’analyser si un téléphone est encore bon lorsqu’il n’est plus à jour est la distinction entre les mises à jour qui ajoutent des fonctionnalités et celles qui corrigent des failles de sécurité.

Un téléphone est encore bon s’il ne reçoit pas de nouvelles fonctionnalités. Mais considérant toutes les informations importantes qui se retrouvent sur un appareil mobile, je crois qu’un téléphone ne devrait plus être utilisé lorsque ses failles de sécurité ne sont plus corrigées. Surtout si vous avez des informations importantes sur votre appareil.

Quelles sont les conditions financières entourant les mises à jour?
Il est facile pour un consommateur d’exiger des mises à jour perpétuelles.

En même temps, celles-ci représentent un poids financier pour les entreprises. Personne ne va pleurer pour Apple, qui fait suffisamment de profit sur chacun de ses téléphones vendus pour en mettre une partie de côté afin d’assurer les mises à jour. La situation n’est pas la même pour Google, mais personne ne va brailler pour eux non-plus.

Mais pour certains fabricants, qui ne font pas toujours de l’argent avec leur division mobile, la chose est plus complexe. Même chose pour les jeunes entreprises.

Les opérateurs, qui doivent tester chacune des mises à jour Android, les adapter et les publier, se situent un peu entre les deux. Les mises à jour pourraient éventuellement représenter un fardeau important, mais en même temps, ils continuent de recevoir des revenus mensuels pour ces téléphones qui continuent d’être utilisés.

Du côté d’Apple, la compagnie de Tim Cook gère les mises à jour d’un bout à l’autre. Pour l’instant, l’aspect financier ne semble pas être pris en compte quand vient le temps de décider si un téléphone recevra une mise à jour ou non, mais la situation pourrait changer avec les années, surtout avec la puissance des nouveaux iPhone.

Du côté d’Android Google, les fabricants et les opérateurs se partagent le poids financier de la chose, et l’aspect monétaire explique souvent pourquoi un téléphone ne reçoit pas une mise à jour (c’est particulièrement vrai lorsqu’un appareil est mis à jour aux États-Unis mais pas au Canada, par exemple).

Malheureusement, il est difficile de chiffrer précisément les frais encourus par chacun des joueurs pour la gestion de ces mises à jour.

Quelle devrait être la solution?
Combien de temps les téléphones intelligents devraient-ils recevoir des mises à jour? Voici les grands principes qu’il faut considérer avant de répondre à cette questions:

Les téléphones modernes seront performants pendant beaucoup plus longtemps qu’auparavant. Un téléphone phare de 2016 sera encore bon pour plusieurs années.

Une mise à jour trop gourmande sur un téléphone qui n’est pas assez puissant est une nuisance pour le consommateur.

Un téléphone ne devrait pas être utilisé lorsqu’il ne reçoit plus de mises à jour de sécurité.

Les consommateurs s’attendent à recevoir de nouvelles fonctionnalités avec leur téléphone, mais ils ne sont pas vraiment en droit de l’exiger. Offrir de telles mises à jour est strictement une décision d’affaires de la part des fabricants.

Donc, quelle devrait être la durée? La réponse varie selon qu’on réfère aux mises à jour qui apportent de nouvelles fonctionnalités (iOS 10, iOS 11, Android 7, Android 8) ou aux mises à jour qui corrigent des problèmes de sécurité.

Mises à jour de sécurité: un téléphone intelligent devrait recevoir des mises à jour de sécurité tant et aussi longtemps qu’il fonctionne correctement, et ce, jusqu’à un certain point.

Actuellement, si on considère les téléphones qui ont été lancés au cours des dernières années, je crois qu’Apple répond à cette demande, mais que bien des fabricants Android ne le font pas.

Considérant l’importance de la sécurité informatique dans le monde moderne, ce devrait être un exigence légale, de la même façons que les fabricants sont tenus à faire des rappels parfois, même lorsque leurs produits ne sont plus couverts par une garantie.

Maintenant, pourquoi « jusqu’à un certain point »? Car il devient difficile d’exiger un tel boulet financier éternellement.

Cette durée pourrait être débattue. Personnellement, maintenant que certains téléphones sont aussi puissants que des ordinateurs, je crois qu’il pourrait être raisonnable de se servir de cette industrie comme valeur étalon. Windows et OS X reçoivent des mises à jour pendant 10 ans? Et bien les téléphones devrait recevoir de telles mises à jour tant qu’ils sont encore performants (il est inutile de mettre à jour l’iPhone 3G), et ce, jusqu’à concurrence 10 ans. (En pratique, une loi exigerait probablement plus 5 ans que 10 ans).

Ceci veut évidemment dire que Google devra revoir l’infrastructure d’Android et gérer ses mises à jour directement (du moins, celles reliées à la sécurité). Il faudra peut-être faire quelques compromis pour arriver à une solution du genre. Techniquement, Google pourrait par exemple limiter les changements que les fabricants peuvent apporter à Android, afin de s’assurer qu’il soit possible de changer certaines parties du système d’exploitation automatiquement, peu importe le téléphone sur lequel il est installé (comme Microsoft peut le faire avec Windows).

Les fabricants pourraient évidemment continuer d’adapter Android encore plus s’ils le souhaitent, mais ils seraient alors responsables des mises à jour de sécurité.

Il s’agit d’une tâche colossale, qui pourrait malheureusement exiger des ajustements dans la structure financière d’Android. Est-ce qu’une partie de la facture devrait être refilée aux opérateurs, qui continuent de tirer des revenus mensuels de ces vieux téléphones. Peut-être. Cela voudrait évidemment dire que ce sont les utilisateur qui finiraient par payer pour ces mises à jour. Je n’ai jamais dit que la solution serait facile.

Vous trouvez que tout ceci est exagéré et que le status quo est acceptable? Pas vraiment. D’un côté, la sécurité informatique est de plus en plus importante, et de l’autre, il est moralement et écologiquement irresponsable que la société permette qu’un appareil archi polluant (surtout au début et à la fin de sa vie) puisse ne plus pouvoir être utilisé alors qu’il est encore performant.

Surtout que si les mises à jour sont un problème actuellement. Imaginez ce que ce sera dans 5 ans, quand les appareils seront encore plus puissants qu’aujourd’hui. Si l’industrie veut être prête à affronter ce problème lorsqu’il sera vraiment important, c’est maintenant qu’il faut commencer à s’y attaquer.

Mises à jour de fonctionnalités: contrairement aux mises à jour pour la sécurité, il s’agit ici d’une décision d’affaires uniquement, qui ne devrait pas être réglementée.

Au minimum, je crois toutefois que les fabricants devraient être clairs et respecter leurs promesses. La politique des mises à jour pendant 18 mois au moins n’est pas toujours respectée, et même si les fabricants ont amélioré leur transparence, il reste encore beaucoup à faire, surtout lorsqu’on rentre dans les différences entre les pays.

Maintenant que les téléphones vont être bons pour plus longtemps qu’auparavant, je ne serais pas forcément contre qu’un fabricant propose après un certain temps de vendre ses mises à jour, pour un prix raisonnable.

10$ pour avoir Android 7.0 sur son Galaxy S4? Si les mises à jour de sécurité continuent d’être gratuites, pourquoi pas. Je préfère que ce soit gratuit, mais je préfère encore plus avoir l’option que de ne pas avoir de mises à jour du tout. Ce n’est toutefois pas dans cette direction que le marché se dirige.

Ce même marché pourrait d’ailleurs peut-être régler ce problème tout seul. Présentement, j’ai l’impression qu’un fabricant pourrait profiter des problèmes de mises à jour dans l’industrie pour tenter de se démarquer.


Avec les téléphones Nexus qui déçoivent, HTC pourrait par exemple se distinguer en assurant des mises à jour pour 3 ou même 4 ans pour son HTC 10. Voilà qui pourrait donner quelques munitions à l’entreprise face à Samsung, et qui pourrait faire réfléchir bien des propriétaires de Nexus 5 déçus.




8 commentaires »

  • Guy a dit:

    Salut j’ai un Samsung s6 ça pris presque un an pour la mise à jour 6,0 qui a arrivé cette semaine

  • Richard a dit:

    Beau papier Maxime! Pas évident tout ça dans une société de consommation. L’idée de payer pour une mise à jour est intéressante un peu comme le fesait Microsoft dans le temps avec ces versions de Windows.

  • Francois a dit:

    Franchement, avec un quad-core @1.5ghz et 2gb de ram, je suis persuadé que les Nexus 4 et 7 2013 peuvent facilement faire tourner Android 7..Quitte à désactiver le multi-fenêtres.
    Je compte sur XDA pour me donner raison.

    Quant au Nexus 5, c’est carrément une honte.

    Tous ces modèles là sont plus puissants que les bas de gamme de cette année, ainsi que ceux de l’année prochaine, probablement!

    Dans un autre ordre d’idées, tout le monde convient généralement du fait que le principal facteur poussant Apple à garder ses téléphones à jour est l’argent qu’ils continuent de faire rentrer via le 30% de cut qu’ils font sur le revenu généré par les applications.

    Tant qu’un téléphone est en fonction, quelqu’un, quelque part, l’utilise, et Apple fait de l’argent.

    C’est aussi le cas de Google; qui n’a donc absolument aucune raison d’abandonner ses propres téléphones.. Mais le pire, c’est de loin qu’ils font aussi leur 30% sur les téléphones des concurrents; qui eux, ne font pas une maudite cenne une fois la vente initiale faite et n’ont en conséquence aucun incitatif pour garder leur téléphone à jour, si ce n’est l’espoir que l’utilisateur sera tellement satisfait de son téléphone qu’il va choisir la même marque lors de son prochain achat.

    Peut-être que si Google donnait une partie de sa cut au prorata des appareils utilisés par un utilisateur (parce qu’entre la tablette, le téléphone, la montre, et Android TV, il faudrait moduler un peu), et que la cut augmentait en fonction de l’âge des appareils utilisés, on finirait par obtenir quelque chose de viable pour les OEMs et leurs clients..

  • Maxime Johnson (author) a dit:

    @richard: Merci!

    @François: bon ajout par rapport aux boutiques. Merci. C’est vrai qu’il y a une entrée d’argent qui continue pour Google. Ceci étant dit, l’argent entre probablement encore plus avec un téléphone tout nouveau tout beau…

    Dans tous les cas, on s’entend pour que si on veut des mises à jour pendant longtemps, l’arrangement financier actuel ne fonctionne pas, surtout dans le cas des petits fabricants.

    Une modulation en fonction du fabricant serait certainement une avenue intéressante. Mais Google n’a pas trop d’intéret à le faire, malheureusement…

  • Francois a dit:

    Update:
    Un rare article intéressant de Jerry Hildebrand sur Android Central – Android 7.0 and the Snapdragon 800 – A Conondrum (Je ne mets pas le lien parce que mon commentaire tomberait en attente d’approbation) suggère que le problème viendrait de la Compatibility Testing Suite de Google.

    Nougat apporte le support de Vulkan et de OpenGL ES 3.1; les applications visant explicitement ce niveau d’API là peuvent donc en faire l’usage.
    Or, l’Adreno 330 présent dans le Snapdragon 800/801 ne supporte ni l’un ni l’autre au niveau hardware, et la rumeur veut que le CTS d’Android 7.0 exige que pour être certifiés, les produits soumis doivent au moins supporter l’un ou l’autre, faute de quoi on se retrouverait avec des applications crashant systématiquement (et mystérieusement) sur certains produits pourtant apparemment mis à jour.

    Ça me semble avoir beaucoup de sens, même si on ne peut que blâmer Google pour être aussi strict.. Ce sont eux qui mènent, après tout..

  • Maxime Johnson (author) a dit:

    @François: ça explique, mais ça ne justifie certainement pas.

    Quelques problèmes ici:

    1 – Admettant que tout ceci soit vrai, c’est quand même un gros problème que les plus gros processeurs au monde à leur lancement (bon, surtout le 800) ne soient pas compatibles avec le plus gros système d’exploitation au monde deux ans ou trois ans plus tard.

    2 – Je n’aime pas comparer Apple et Google dans ce genre de choses, car ce sont deux modèles d’affaires différents, et qu’Apple design ses propres processeurs, mais au final, pour le consommateur, l’iPhone 5 va fonctionner avec iOS 10…

    Comme je l’indique dans le texte, les téléphones vont être de plus en plus performants, pendant de plus en plus longtemps. Google se tire dans le pied à long terme si ce genre de choses continue.

    3 – En effet, au final, c’est quand même Google qui prend ces décisions… S’ils n’avaient absolument pas le choix pour des raisons techniques, c’est peut-être que le problème est encore pire qu’il ne paraît…

  • Remy a dit:

    Est-il vraiment nécessaire d’avoir un produit toujours à jour ? Certes, il y a des failles de sécurité qui sont corrigées avec les mises à jour, mais je suis resté plusieurs années avec un Android 4.1 sans rencontrer aucun problème.

    Nos antiques dumbphones n’étaient pas mis à jour et personne ne s’en plaignait – et l’avantage (ou la conséquence) avec Android, c’est que les applications continuent d’être mise à jour même si on ne possède pas la dernière version de l’OS.

    C’est vrai que l’herbe est toujours plus verte chez le voisin : on ne plaindra de ne pas avoir de mise à jour d’un côté et, de l’autre, on se plaindra d’une mise à jour qui change nos habitudes, ajoute des fonctions inutiles, en enlève d’autres qu’on jugeait utile…

    Bref, if it ain’t broken, don’t fix it.

  • bob a dit:

    Les fabricants n’ont qu’à sortir moins d’appareils différents, ou encore ne faire varier que la taille de l’écran et la batterie, ce qui ferait en sorte que le logiciel pourrait être commun pour plusieurs appareils. Bien plus facile de maintenir une seule plateforme à jour que 12.

Laissez un commentaire!

Ou commentez sur votre propre site avec le rétrolien.

Vous pouvez utiliser ces balises:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Ce blogue supporte Gravatar. Pour obtenir votre avatar, enregistrez-vous à Gravatar.

©2009-2013 Maxime Johnson - Tous droits réservés.
Les annonceurs qui désirent afficher leur bannière publicitaire sur notre site Internet peuvent communiquer avec notre maison de représentation publicitaires ATEDRA.COM. Contactez-les en téléphonant au 514-448-2236 ou sur www.atedra.com