Techno » Téléphonie, Test, Toujours d'actualité

Mise à l’essai du Samsung Galaxy S6 Edge

Publié par Maxime Johnson le 20 mars 20154 commentaires

s6 edge

Ce n’est pas que le Galaxy S5 était un mauvais téléphone. Mais l’appareil phare de Samsung en 2014 était plutôt ennuyant. Une nouvelle itération venant d’un géant au sommet du marché qui n’avait plus grand chose à prouver. Après des ventes décevantes, la compagnie coréenne rectifie le tir en 2015, avec le Samsung Galaxy S6 et, surtout, le Samsung Galaxy S6 Edge, des appareils améliorés – malgré quelques pas en arrière – et franchement plus séduisants. Mise à l’essai.

Un design plus haut de gamme
Le Samsung Galaxy S6 marque une rupture importante pour Samsung, qui délaisse la plastique des précédentes générations pour un nouveau boitier tout en métal et en verre. Le Samsung Galaxy S6 conserve une allure assez similaire au S5 et à ses prédécesseurs, mais les matériaux et la prise en main, eux, sont complètement différents. Pour la première fois depuis de nombreuses années, l’appareil phare de Samsung semble réellement valoir son prix.

C’est encore plus vrai avec le Samsung Galaxy S6 Edge, mis à l’essai ici.

Le Samsung Galaxy S6 Edge est sensiblement le même appareil que le S6 régulier, mais avec un écran recourbé, qui semble border le téléphone sur ses côtés.

Contrairement au Galaxy Note Edge lancé il y a quelques mois, cette courbe n’est d’aucune réelle utilité, mais elle donne certainement une allure distinctive au Galaxy S6 Edge, ce qui n’a jamais été la grande force de Samsung.

Ici, le S6 Edge est non seulement unique en son genre, mais il est aussi probablement l’un des plus beaux téléphones sur le marché (dommage toutefois que Samsung n’offre pas le modèle vert au Canada, qui se démarque encore plus du lot).

L’appareil demeure aussi léger, malgré ses nouvelles composantes, et il est fin et étroit, ce qui en fait un appareil facile à tenir entre les mains malgré sa bonne taille de 5,1 pouces.

Les défauts du nouveau design
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut souffrir pour être beau dit l’adage, et c’est vrai dans le cas de Samsung, qui a dû faire quelques compromis important pour son nouveau design.

Contrairement à son prédécesseur, le Galaxy S6 n’est par exemple plus un téléphone imperméable. Celui-ci abandonne aussi sa fente pour carte microSD et sa pile amovible, deux caractéristiques qui ont longtemps différencié les téléphones Galaxy de l’iPhone.

Dans les trois cas, l’évolution du marché au cours des dernières années démontre que cela ne devrait pas nuire outre mesure à Samsung, mais certains usagers de longue date devraient être déçus. Nous y reviendrons un peu plus loin.

Le nouveau design du S6 a aussi quelques autres défauts. On y laisse facilement nos traces de doigt, et la finition lisse glisse beaucoup trop. En écrivant l’introduction de ce texte, le mon S6 Edge est d’ailleurs tombé tout seul en bas de ma station de recharge sans fil. La situation n’est pas catastrophique par contre, mais voilà sans doute quelque chose que Samsung devrait corriger d’ici la prochaine génération.

Notons aussi que la caméra du S6 fait une grosse protubérance à l’arrière, encore plus que celle de l’iPhone 6. Honnêtement, on s’en fout un peu par contre.

L’importance du design
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant même d’explorer plus en profondeur les caractéristiques et les performances du Galaxy S6 Edge, une question se doit d’être posée.

Est-ce que les inconvénients reliés au nouveau design de la gamme Galaxy valent le coup? Est-ce qu’un boitier plus cher à produire, qui n’est plus imperméable, qui ne permet plus de changer la pile ou de remplacer la carte microSD peut vraiment être considéré comme une avancée?

Les plus pragmatiques diront probablement que non, et c’est tout à fait compréhensible. Pour plusieurs, un téléphone est toutefois aussi plus qu’une simple commodité. C’est un objet de prestige, un objet personnel que l’on prend dans ses mains des dizaines de fois par jour, soit plus que tout autre appareil.

Voilà longtemps qu’Apple l’a compris : la majorité des consommateurs accordent une grande valeur au design. Oui, il y a une limite, mais la plupart des gens seront prêt à accepter de nombreux compromis pour obtenir l’appareil qu’ils souhaitent vraiment. Et le Galaxy S6 Edge est exactement ce genre de téléphone.

Il ne sera pas pour tout le monde – certains voudront un téléphone plus abordable, et d’autres un téléphone sans compromis, et c’est tout à fait acceptable dans les deux cas – mais il fera certainement tourner les têtes dans les boutiques, et tombera dans l’œil des acheteurs potentiels.

Pour passer de l’envie à l’achat, il faut toutefois que les autres caractéristiques soient également à la hauteur.

Caractéristiques et capacité
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et heureusement, les caractéristiques du Samsung Galaxy S6 Edge répondent aux attentes.

Ça commence par son écran Super AMOLED, avec ses couleurs vivantes comme à l’habitude et son excellente résolution de 1440 par 2560 pixel, ce qui lui donne une densité complètement absurde de 577 points par pouce. C’est énorme. Probablement trop, même. Mais le Samsung Galaxy S6 Edge est certainement une beauté à regarder. Notons que cet écran est protégé par un verre Gorilla Glass 4 (tout comme l’arrière du téléphone).

L’écran offre aussi d’excellents écarts de luminosité. Le plus clair est suffisamment clair pour être utilisé au soleil, tandis que le plus sombre est suffisamment sombre pour être agréable dans le noir total. De mémoire, je ne me souviens d’aucun écran pouvant afficher une aussi faible luminosité.

Celui-ci est aussi équipé de toutes les connectivités auxquelles on pourrait s’attendre (LTE de nouvelle génération, NFC, etc.), quelques petits gadgets comme le port infrarouge et il sera vendu en trois configurations différentes : 32 Go, 64 Go et 128 Go.

La taille minimale de 32 Go du téléphone compense donc en partie pour l’absence de carte microSD. Oui, les usagers devront payer plus qu’auparavant pour obtenir une grande capacité, mais pour la plupart des utilisateurs, cela veut dire qu’ils pourront profiter d’une capacité minimale suffisante, sans avoir à gérer de stockage externe.

Évidemment, l’idéal aurait été une capacité de 32 Go AVEC une fente pour carte microSD en plus, mais la grande majorité des utilisateurs devrait être bien servie par la configuration de base actuelle.

Pour le reste, notons que le S6 Edge est doté d’un seul haut-parleur au bas du téléphone. Celui-ci offre un bon volume, mais une qualité plutôt ordinaire, avec un son qui manque de richesse, surtout dans les graves. Sa qualité lors des appels téléphoniques, elle, est toutefois excellente.

Lecteur d’empreintes digitales : Android a son TouchID
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Samsung a complètement changé son lecteur d’empreintes digitales sur le bouton d’accueil du téléphone.

Celui-ci ne demande plus de glisser son doigt de haut en bas pour s’authentifier comme c’était le cas avec le Galaxy S5, mais simplement de le poser sur le bouton, comme avec l’iPhone.

L’amélioration est ici considérable. Le jour et la nuit.

En fait, on part d’un lecteur carrément inutile l’année dernière à cause de son imprécision à un lecteur suffisamment précis et rapide pour être utilisé et pour remplacer son code ou son schéma de déverrouillage dans la vie de tous les jours.

Il est bon de noter que le lecteur du Samsung Galaxy S6 est un peu moins rapide que le TouchID d’Apple, mais la différence est quand même marginale. Il est dans tous les cas désormais plus rapide d’utiliser son pouce pour déverrouiller son téléphone que d’utiliser un mot de passe, et c’est ce qui compte.

Performances : puissant à souhait
antutu

Sous le capot, on retrouve un processeur à huit cœurs Exynos 7420 de Samsung, avec quatre puissants Cortex-A57 cadencés à 2,1 Ghz et quatre Cortex A53 moins puissants à 1,5 GHz pour réaliser les tâches moins exigeantes sans trop dépenser d’énergie. Celui-ci est aussi équipé de 3 Go de RAM DDR4.

Il s’agit d’un excellent système sur puce, 64-bit de surcroit, qui trône au sommet de pratiquement tous les benchmarks actuellement, avec par exemple un pointage de 69 000 à AnTuTu, contre moins de 50 000 pour le Galaxy Note 4 pourtant très performant. Celui-ci se démarque aussi avec un pointage de 5006 sous PCMark pour Android, un sommet pour les téléphones sur le marché en ce moment, un impressionnant 4808 au Geekbench multicoeur (1518 simple cœur) et un excellent 369 ms au benchmark pour navigateur web Sunspider.

Notons que je n’ai pas pu comparer le Galaxy S6 Edge à aucun téléphone équipé du système sur puce Snapdragon 810, mais que les premiers résultats préliminaires diffusés sur le web semblent pour l’instant avantager l’Exynos 7420 de Samsung.

Dans tous les cas, l’appareil est fluide et réactif (à part l’écran Flipboard, à gauche de l’écran d’accueil, qui peut parfois être plus saccadé), et il pourra faire fonctionner même les applications les plus lourdes pendant encore plusieurs années.

Autonomie : un pas en arrière, un pas en avant
autonomie

Côté autonomie, dans la vie de tous les jours, le Samsung Galaxy S6 Edge est correct, sans toutefois ne battre aucun record.

Sa pile de 2550 mAh est en fait suffisante pour passer au travers d’une journée régulière complète, la plupart du temps. Notons au passage que le recul de la pile de 2600 mAh par rapport au S5 de l’année dernière est notamment compensé par un processeur moins énergivore, et un écran qui serait également moins énergivore, selon Samsung (ce qui m’apparait être un véritable tour de force considérant sa résolution).

En pratique, il ne m’est arrivé qu’une seule fois de ne pas pouvoir traverser la journée, alors que mon téléphone est tombé à plat juste avant 20 heures, et je suis arrivé assez près 0% à une seconde reprise.

Pour ceux qui s’intéressent aux benchmarks, le Galaxy S6 Edge obtient un pointage correct de 6 heures 06 minutes au test d’autonomie PCMark pour Android. Le S6 Edge n’est plus au sommet de la liste (il se place en fait en 114ième position parmi tous les tests effectués en mars 2015, mais ceci inclus aussi des tablettes), mais il n’a pas à avoir honte non plus.

Samsung se reprend toutefois avec une technologie de recharge rapide (que je n’ai pas pu tester, puisque Samsung m’a envoyé le S6 Edge sans chargeur compatible avec la technologie). En théorie, quelques minutes de recharge en fin d’après-midi devrait donc vous assurer de passer une soirée complète avec votre téléphone sans vous inquiéter.

Le Samsung Galaxy S6 Edge est aussi compatible avec les principaux standards de recharge sans fil. Il suffit donc de déposer le téléphone sur une station pour le recharger. Voilà une technologie à laquelle on prend goût rapidement, et qui semble finalement sur le point de décoller en 2015.

Si vous achetez un S6 ou un S6 Edge, faites-vous plaisir, et équipez-vous d’un chargeur sans fil également.

Appareil photo : rapide et performant
photo 560

La plus grande amélioration apportée par Samsung à son téléphone est probablement son appareil photo. Celui-ci est désormais excellent, largement supérieur à celui du S5, surtout à la noirceur, et même d’une qualité et d’une vitesse qui s’approche de celles de l’iPhone 6 Plus, la caméra qui trône au sommet du marché en ce moment.

En comparaison avec l’iPhone 6 Plus, les images de Samsung sont plus lumineuses que celles de de l’appareil d’Apple à la noirceur. Ce n’est pas la première fois qu’un fabricant de téléphone Android propose des images plus lumineuses, mais ici, l’appareil de Samsung le fait sans pour autant avoir beaucoup plus de bruit (un peu, mais pas énormément) ou une image très déformée par un traitement logiciel, comme c’est trop souvent le cas. Un professionnel qui compte retoucher ses images préférera probablement le résultat de l’iPhone, mais pour le grand public, les images claires du Galaxy S6 pourraient aussi être avantageuses.

Dans une scène vivante, l’iPhone se démarque un peu plus par contre. Pour une raison que j’explique mal, même avec une vitesse d’obturation plus rapide, le S6 Edge semble souvent avoir des éléments flous dans ses photos, alors que ceux-ci sont nets dans les photos prises avec l’appareil d’Apple. Un peu comme si la vitesse de l’obturateur du S6 Edge était plus lente (alors que c’est pourtant l’inverse qui se produit).

lesdeuxbar

chemise

fond

popcorn

side

side close up

À la clarté, les deux caméras sont excellentes. La plupart du temps, celle de l’iPhone offrira des couleurs plus justes, mais parfois, ce sera celle de Samsung. Parfois l’iPhone sera plus net, mais parfois ce sera le S6. Honnêtement, la variation entre les conditions d’utilisation me semble plus importante que la variation entre les deux caméras elle-même.

Pour la vitesse, les deux sont aussi pratiquement aussi rapides. L’iPhone a peut-être un léger avantage, mais la caméra du Samsung Galaxy S6 est plus rapide à lancer à partir de l’écran d’accueil (grâce à un simple double-clic du bouton central), ce qui m’apparaît plus important à mon avis.

Notons que le S6 se démarque aussi avec un bon mode macro et une bonne profondeur de champ.

macro

Dans tous les cas, la comparaison entre l’iPhone 6 Plus et le Galaxy S6 Edge se règle dans les détails, ce qui n’a jamais été le cas auparavant avec un appareil-photo de Samsung. Des photographes professionnels pourront vous donner une heure plus juste au cours des prochaines semaines, mais l’iPhone devrait à mon avis l’emporter encore une fois. La différence sera toutefois marginale, et ne sera plus, pour la première fois, un facteur distinctif majeur entre les téléphones phares des deux compagnies.

Notons que j’ai comparé ici l’appareil photo du Samsung Galaxy S6 Edge avec celui de l’iPhone 6 Plus, puisqu’il s’agit à mon avis des deux meilleurs sur le marché. Par rapport aux autres téléphone Android, le Samsung Galaxy S6 (et le S6 Edge) détient une bonne longueur d’avance, tant par rapport à la qualité (surtout à la noirceur) qu’à la vitesse.

Côté technique, notons que le Samsung Galaxy S6 Edge est équipé d’un capteur arrière 16:9 de 16 mégapixels (12 mégapixels en mode 4:3) avec une ouverture F1.9 et un mécanisme de stabilisation optique. Celui-ci est aussi doté d’un capteur frontal de 5 mégapixels, comme c’est de plus en plus souvent le cas.

Logiciel : régime minceur
touchwiz

Samsung poursuit le régime minceur entrepris avec le Samsung Galaxy Note 4 pour son interface logicielle. TouchWiz est toujours présent, mais la plupart de ses applications de Samsung ont été enlevées de l’appareil, et doivent présentement être téléchargées séparément. On en retrouve encore certaines par exemple, comme S Calendrier, S Health et S Voice.

Oui, on préfèrerait l’interface par défaut de Google, mais on vit très bien avec celle de Samsung. Comme c’est toujours le cas avec les interfaces modifiées, on se retrouve toutefois encore avec un lot d’applications en double, comme l’agenda et la galerie photo.

L’application de l’appareil photo de Samsung est particulièrement réussie, avec un mode simple par défaut, quelques fonctions amusantes et un mode Pro pour ceux qui souhaitent modifier leurs paramètres manuellement. Ici, je préfère en fait carrément l’application de Samsung à celle de Google.

Je ne suis toutefois pas un grand amateur du menu d’applications qui est un véritable fouillis, ni de l’écran d’accueil, qui permet difficilement d’ouvrir une application à partir d’une notification (du moins, plus difficilement qu’avec les autres interfaces Android sur le marché).

Le Samsung Galaxy S6 est finalement équipé d’Android 5.0.2 Lollipop, et permet donc toutes les nouveautés associées au dernier système d’exploitation de Google, comme de déverrouiller son téléphone automatiquement lorsque l’on porte une montre intelligente Android Wear.

Dans tous les cas, Samsung a réalisé un grand bout de chemin avec sa surcouche TouchWiz depuis la dernière année, et celle-ci n’est certainement plus la nuisance qu’elle a déjà été.

À quoi « sert » l’écran recourbé du Samsung Galaxy S6 Edge?
Mise à jour: à lire vos commentaires ici et sur les différents réseaux sociaux où j’ai partagé ce test, il semble que je n’ai peut-être pas été assez clair sur l’utilité de l’écran incurvé du Edge, et sur ce que le Edge apporte de plus que le Galaxy S6 régulier, un appareil similaire au S6 Edge, mais doté d’un écran plat et vendu 100$ de moins.

En un mot: rien.

L’écran incurvé du S6 Edge est joli, il donne un petit côté « wow » et un design original au Samsung Galaxy S6. Mais c’est tout. L’esthétisme est la seule raison pour laquelle quelqu’un voudrait choisir le S6 Edge plutôt que le S6 régulier, puisque la courbe de l’écran n’amène aucune réelle fonctionnalité intéressante de plus.

Contrairement au Galaxy Note Edge, il n’est pas possible d’installer d’applications dédiées dans la courbure de l’écran (ce qui est plus ou moins inutile de toute façon, si vous voulez mon avis).

Il y a bien quelques fonctions reliées à la courbe, comme lorsque le S6 Edge est posé face à l’envers sur une table, qu’un de nos six contacts favoris nous appelle et une lumière d’une couleur différente pour chaque contact s’affiche sur le côté du téléphone. Mais ce n’est certainement pas suffisant pour justifier un prix d’achat de 100$ de plus.

Non, si quelqu’un opte pour le S6 Edge plutôt que pour le S6 régulier, c’est parce qu’il le trouve plus joli, tout simplement.

Prix et disponibilité
Le Samsung Galaxy S6 Edge sera offert le 10 avril prochain chez la plupart des opérateurs canadiens. Celui-ci est cher, à 350$ avec une entente, soit le même prix que l’iPhone 6 Plus. Vous aurez toutefois droit à 32 Go d’espace disque plutôt que 16 avec l’iPhone. Notons que cet avantage disparaît toutefois dans les modèles avec une plus grande capacité.

Le Galaxy S6 Edge est donc le téléphone Android le plus cher sur le marché. C’était toutefois à prévoir, puisque le Samsung Galaxy S6 Edge est le meilleur téléphone Android offert en ce moment. Et de loin.

Notons que ceux qui souhaitent économiser un peu pourront aussi se tourner vers le Galaxy S6, un appareil tout aussi bon, mais avec une allure un peu plus traditionnelle. À 250$ avec une entente de deux ans, celui-ci est le même prix que l’iPhone 6 (avec encore une fois l’avantage de la capacité pour le modèle d’entrée de gamme), on ne peut donc pas exactement le qualifier d’aubaine non plus.

Mais pour ceux qui recherchent ce qu’il y a de mieux, sans forcément se soucier du prix, il s’agit certainement d’un appareil à considérer.




4 commentaires »

  • bob a dit:

    suis-je le seul à ne pas voir d’avantage au Edge? Je dirais même que je préfère un écran normal. Donc 100$ de plus pour pouvoir se vanter d’avoir un écran courbé sur les bords?

  • Maxime Johnson (author) a dit:

    Il n’y a en effet aucun avantage au Edge. Ce n’est qu’une question esthétique.

  • Vinny a dit:

    Bonne critique Maxime! La tienne et celle de mobilesyrup me confirment que c’est bel et bien ce téléphone que je vais me procurer sous peu pour remplacer mon vieux Galaxy Nexus qui date de trois ans!

    À la lumière de ce que j’ai lu par contre, je suis porté à être d’accord avec bob. Je ne voie pas l’utilité de dépenser 100 $ de plus pour le Edge même s’il est plus « sharp » à l’oeil. Si aucune caractéristiques vraiment majeures ne justifient le 100 $ pour l’écran courbé des deux côtés, à quoi bon…?

    Je serais curieux de savoir ton opinion pour la prise en main du Edge? Mobilesyrup semblait dire que les deux écrans courbés rendaient la chose un peu moins agréable?

  • Maxime Johnson (author) a dit:

    @Vinny:

    Pour la prise en main: c’est plus étrange que désagréable, je dirais. C’est certainement différent des autres téléphones, et pas particulièrement confortable. Pas assez pour que ce soit vraiment un gros problème par contre. Du moins, je ne pense pas. Si on n’y porte pas attention, on l’oublie assez rapidement aussi.

    Pour la courbe: oui, tout à fait. La courbe est inutile. Samsung va bien essayer d’y trouver de mini-avantages pour la forme, mais dans les faits, ça ne sert à rien, sauf pour l’allure. Certaines personnes vont avoir les moyens d’investir 100$ pour un appareil plus « sharp », comme tu dis, d’autres vont préférer investir ce 100$ ailleurs.

Laissez un commentaire!

Ou commentez sur votre propre site avec le rétrolien.

Vous pouvez utiliser ces balises:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Ce blogue supporte Gravatar. Pour obtenir votre avatar, enregistrez-vous à Gravatar.

©2009-2013 Maxime Johnson - Tous droits réservés.
Les annonceurs qui désirent afficher leur bannière publicitaire sur notre site Internet peuvent communiquer avec notre maison de représentation publicitaires ATEDRA.COM. Contactez-les en téléphonant au 514-448-2236 ou sur www.atedra.com